LA HIJAMA

1. Définition

La hijama, dite incisiothérapie ou cupping therapy, est une méthode thérapeutique qui consiste à réaliser des incisions épidermiques superficielles à des points bien précis du corps humain et à y appliquer des ventouses afin d’aspirer le sang par l’intermédiaire d’un appareil faisant le vide, facilitant ainsi l’évacuation du sang.

Différents types de Hijama

On distingue deux types de hijama :

La hijama sanglante : elle consiste en l’application d’une ventouse pendant 3 minutes, suivie de la réalisation de petites incisions.

La hijama sèche : elle consiste en l’application d’une ventouse sans incision. Cette ventouse pourra être laissée en place pendant 20 minutes, elle pourra être utilisée comme instrument de massage (par des mouvements de rotation) ou être successivement mise en place et enlevée à des intervalles de temps très réduit (technique wamadat).

2. Physiologie

Le milieu intérieur de l’homme comprend, en plus des cellules, trois compartiments liquidiens : sang, lymphe interstitielle et lymphe canalisée ou circulante.

L’appareil circulatoire sanguin chez l’homme est clos (fermé). L’ensemble de l’appareil circulatoire sanguin de l’homme forme approximativement deux boucles réunies au niveau du cœur. La grande circulation va du cœur gauche au cœur droit et irrigue tous les organes. La petite circulation va du cœur droit au cœur gauche et réalise les échanges nutritifs gazeux au niveau des poumons. Le cœur est une pompe cloisonnée, le sang droit et le sang gauche ne se mélangent pas. L’appareil lymphatique comprend aussi aussi des vaisseaux clos de même nature que les vaisseaux sanguins.

Ainsi, le cœur éjecte 20 litres de sang dans la grande circulation, qui passe ensuite dans l’espace interstitiel :

– 18 litres seront réabsorbés dans le sang,

– les 2 litres restants retournent au sang par la voie lymphatique, cette dernière est un
espace de stagnation qui constitue le lieu d’action de la hijama.

3. Chronobiologie

La chronobiologie est l’étude des rythmes biologiques auxquels sont soumis les êtres vivants.

La hijama doit tenir compte de ces rythmes. Elle doit se faire :

– au milieu du jour
– vers le début de la deuxième moitié du mois lunaire
– vers la fin du printemps et le début de l’hiver (le sang se fluidifie en été).

Remarque : en cas de nécessité (maladie), la hijama peut être réalisée en dehors de ces temps.

4. Biologie

Plusieurs recherches ont été menées à travers le monde sur la hijama, en voici quelques résultats.

Résultats de l’équipe syrienne (Dr Cherif, 2001)

Sur 600 malades, l’analyse du sang extrait par la hijama donne les résultats suivants :

– Le sang contient 1/10ème des globules blancs circulants
– La forme des globules rouges est anormale
– La capacité de liaison du fer est très élevée
– Le taux de créatinine est très élevé.

Résultats de l’équipe du Pr Cantel (Université de Chicago)

L’incisiothérapie stimule l’immunité et le taux d’interféron est multiplié par dix après une séance d’incisiothérapie. ( Les interférons sont des molécules qui ont pour rôle de défendre l’organisme des agents pathogènes, comme les virus, bactéries, parasites, …)

La présence de globules rouges anormaux entraîne une stagnation dans la microcirculation et l’action de massage par la ventouse permet l’activation de la circulation du sang et une meilleure oxygénation.

Donc, plusieurs effets de la hijama

– Effet d’épuration du sang, car le sang extrait présente un taux de créatine élevé
– Action du monoxyde d’azote : l’incision de la peau provoque la libération de monoxyde d’azote ou NO qui est un gaz composé d’un atome d’azote et d’un atome d’oxygène.

5. Indications de la hijama

Selon l’OMS, les maladies traitées par la hijama sont :

L’asthme, l’eczéma, l’acné, le diabète, les colopathies, l’hypertension artérielle, les prostatites, l’impuissance, la stérilité, les hémorroïdes, les rhumatismes, la sciatique, les lombalgies.

On trouve également d’autres indications :

Les déficiences immunologiques, l’obésité, les pathologies hépatiques en général (hépatite C…), les inflammations aigues du rein et de la vessie, les douleurs dentaires chroniques et récidivantes (école finlandaise), les douleurs nerveuses, l’épilepsie, l’hémiplégie, les céphalées chroniques et migraines, les cancers, l’hémophilie (école syrienne), le sevrage tabagique…

6. Contre-indications

– Patients sous anti-coagulants
– Etat de faiblesse profonde
– Cachexie , qui est un affaiblissement profond de l’organisme (perte de poids, atrophie musculaire, etc.)
– Femme enceinte

7. Précautions de réalisation

Lorsque la hijama est réalisée à titre préventif ou en dehors des phases aigues ou d’urgence, il est conseillé de l’effectuer :

– au printemps (avril mai)
– lors de la 2ème moitié du mois lunaire
– en milieu de journée (12h, 13h, 14h)
– chez un patient à jeun (d’au moins quatre heures)
– chez la femme en dehors de sa période de menstrues
– chez l’enfant en hijama sèche uniquement (la hijama sanglante est à éviter)
– chez les patients diabétiques, favoriser la hijama sèche par crainte des difficultés de cicatrisation.

En pratique, la tradition prophétique distingue donc deux types de hijama :

a) Hijama préventive, qui se pratique comme suit :

– 17, 19, 21è jour des mois lunaires
– lundi, mardi et jeudi (en cas de discordance entre la date et le jour, la date est prioritaire sur le jour)
– à jeun de préférence : estomac vide (quelques heures avant hijama), cela ne signifie pas qu’il faille la pratiquer de bon matin, il est rapporté des compagnons qu’ils la pratiquaient les nuits du ramadan
– au minimum
une fois par an

b) En cas de nécessité
, la hijama peut se faire immédiatement et à n’importe quelle heure, comme l’a pratiquée le Prophète (PBSL) quand il est tombé de cheval et a eu une entorse de cheville (sahih sounan ibn maja, 2823).

Remarques :

– les points sont communs aux hommes et aux femmes
– sur la tête, la hijama peut y être pratiquée sans y raser les cheveux mais juste en appliquant un peu de miel sur la zone chevelue afin de permettre à la ventouse de réaliser le vide d’air

8. Description de la réalisation pratique d’une Hijama

– Détente du patient

Il est important d’expliquer la technique au patient, de le détendre, de le rassurer. On pourra lui masser les épaules (réflexologie) afin de le relaxer .

Il faut éviter de pratiquer la hijama sur un patient angoissé, fatigué ou frissonnant, car alors le geste pourrait lui être nuisible.

– Désinfection de la zone

Il faudra respecter les règles d’asepsie lors de l’utilisation du matériel.
Il est préférable d’utiliser des gants stériles et de désinfecter la zone au dakinou à l’hexomédine avant de commencer.
Les lames devront être stériles et à usage unique .
Les ventouses ne seront pas réutilisées pour un autre patient.

– Massage à l’huile d’olive

Il est conseillé d’enduire la région d’huile d’olive et d’effectuer un massage à l’aide d’une ventouse. Il faudra appliquer une ventouse et effectuer une aspiration puis on fait glisser la ventouse en la tournant sur elle-même dans le sens des aiguilles d’une montre et en dessinant un huit. Ce massage est très utile, il permet d’activer la circulation sanguine et de repérer les points douloureux.

– Repérage des points d’incisions

On les repère à l’aide de l’observation et de la palpation. On recherchera un point douloureux, une induration ou une rougeur. Lors du massage à la ventouse, on remarque souvent que le point à inciser apparaît beaucoup plus rouge, presque violacé. Pour la hijama préventive, le point d’incision de la nuque correspond à l’épine dorsale C7, pour les céphalées occipitales ce sera les points sous occipitaux droit et gauche.

– Application des ventouses

Après avoir repéré les points, on procède à l’application des ventouses en effectuant trois aspirations.
Les ventouses sont laissées en place 3 à 5 minutes pour la hijama sanglante et 20 minutes pour la hijama sèche.
On pourra également réaliser au préalable la technique wamadat qui consiste en une succession d’application/retrait de la ventouse (1 aspiration) à intervalles de temps très réduits. Cette technique peut être curative à elle seule.
En l’absence de ventouses du commerce on pourra utiliser des pots en verre dont le diamètre d’ouverture est inférieur au diamètre du milieu du pot. Pour réaliser le vide à l’intérieur de la tasse on utilise un morceau de papier journal (sous forme d’entonnoir) que l’on brûle et que l’on insère immédiatement dans la tasse, cette dernière étant tout de suite appliquée sur le corps.
A l’issue du temps d’application des ventouses, elles sont retirées.


– Incisions

On effectuera de préférence 7 grandes incisions superficielles verticales ou 21 petites incisions verticales sur trois étages.
Les incisions doivent être réalisées avec douceur de droite à gauche sans faire pénétrer la lame profondément.

– Réapplication des ventouses

Les ventouses sont réappliquées aux mêmes endroits en effectuant toujours trois aspirations. De la même manière, on pourra aussi utiliser un pot de verre et du papier brûlé.


Les ventouses sont laissées quelques minutes pour permettre l’aspiration du sang, puis elles sont retirées, vidées et réappliquées si nécessaire (sang abondant). L’opération peut être réalisée jusqu’à trois fois.

– Désinfection et protection des incisions

On désinfecte ensuite les incisions et pour éviter les cicatrices visibles, on pourra placer une compresse imbibée de miel pur (puissant cicatrisant) en guise de pansement.

– Conseils au patient

Des conseils seront donnés au patient : éviter de trop manger pendant la journée, éviter les laitages (selon l’équipe syrienne), éviter les bains pendant la journée, éviter les efforts dans les 36 heures suivants ; renouveler la hijama si nécessaire (suivant la pathologie et l’état du malade) en temps voulu.

La soeur psychologie a écrit ceci :

Macha’ALLAH la hijama est une sounna qu’il faut absolument faire revivre, car elle est remplis de bienfaits.
voici une petite explication sur la hijama inch’ALLAH!

Le messager d’Allah dit : « Les meilleurs traitements de maladies que vous pouvez utiliser sont les verres a ventouses et l’encens indien » hadith Boukhari 1967.

La hijama est une medecine prophetique sahih, on extrait le mauvais sang qui se trouve dans le corps avec des ventouses macha’ALLAH.

Débarrasser le corps du sang impur

La « hijama » dont l’appellation en arabe provient du mot « hajm » (sucer, absorber, aspirer, extraire) a été longtemps pratiqué par nos coiffeurs à la place « hajamine » du temps où ils ont été de véritables « hajam » (extracteur de sang) et « tahar » (praticien de circoncision) et non « hallak » (coiffeur) se consacrant exclusivement à la coupe de cheveux.

C’est une technique ancestrale datant de l’époque pharaonique qui consiste à soulager le patient du mauvais sang agglutiné au dos entravant la circulation ce qui peut engendrer de nombreuses maladies.

Le Prophète Mohamed recommanda de nombreuses fois la pratique de cette thérapeutique aux musulmans.

De nos jours peut être par négligence ou simple abandon à cause du progrès de la médecine, les règles d’extraction du sang ont été graduellement oubliées et perdues.

Il y a aussi le fait que des gens mal intentionnés ont refilé beaucoup de mensonges qui ont poussé les gens à s’abstenir de l’utiliser.

Les effets curatifs

D’éminentes sommités médicales et cliniques arabes installées en Syrie et en Europe réunies sous la houlette du Professeur Abdul-Kadir John Alias Al-Dairan ont entrepris des recherches scientifiques sur la « hijama » et abouti à des résultats époustouflants dans la guérison de nombreuses maladies incurables comme le cancer, la paralysie, la migraine, l’hémophilie, les maladies cardio-vasculaires, la stérilité, l’impotence et l’incapacité de procréer, l’asthme, le rhumatisme, les maladies ophtalmiques… etc après avoir fait des essais sur de nombreux patients.

Le savant Arabe Syrien, Mohammad Ameen Sheikho a ranimé aussi cette pratique (sunna) dans ses règles orthodoxes.

Le Mécanisme

D’abord lorsque le patient entre chez le « hajam », il dira dans le jargon populaire « nahili zouz dam » (enlève moi deux sangs). De même lorsque quelqu’un s’énerve il dira « bach tnahili zouz dam » (tu vas m’enlever zouz dam).

Le mécanisme consiste à faire sucer du sang extrait de la partie supérieure du dos (les omoplates) ou de la nuque en utilisant des tasses spéciales « Mghaïeth » soit en cuivre ou en verre pour le dos avec une petite ouverture ronde d’un diamètre inférieur à celui du milieu.

Le « hajam » commence à brûler un petit morceau de papier coupé d’un journal sous la forme d’un entonnoir.

Après avoir au préalable fait une incision à l’aide d’un bistouri ou d’une lame de rasoir le « hajam » insère le cône brûlant dans la tasse et plante immédiatement l’ouverture de la tasse sous l’omoplate ; une grande quantité d’air brule à l’intérieur des tasses et émet de la pression sur le corps pour en extraire le sang impur.Quant c’est fini les deux tasses sont retirées.

Le « tachlitt » et le « baghtane »

Le « tachlitt » est également une vieille tradition thérapeutique utilisée pour soulager les gens essentiellement de la migraine lorsque le « tabaâ phil » (cahet Elephant) où le « ghalfane » (hydrothérapie) ne donnent pas les résultats escomptés.

Contrairement à la « hijama » qui se pratiquait exclusivement par le « hajam » le « tachlitt » de moindre complexité peut se faire par Monsieur tout le monde.

Il suffit de disposer d’un petite lame de rasoir imbibée d’alcool à bruler pour se faire des petites incisions le long du front ou pour les plus modernes des micro-incisions latérales au front vraiment invisibles.

On termine la séance par un badigennage d’une écorche d’oignon « bsal » comme antiseptique. certains en gardent des cicatrices jusqu’à aujourd’hui et ont le look assez ringard « goôr barcha ».

source : Al-Haaq.net

 

Leave a Reply

  1. Hijama Sounna

    Première séance de hijama. La boite de ventouses est inclus dans le prix. (Nous n’acceptons pas vos ventouses).
    La séance dure maximum 1h00. 50 €

    Les séances suivantes: ( La séance dure entre 30min à 45min maximum ) 30 €

    Uniquement pour Hommes : 0487/926.272 – Uniquement pour Femmes : 0485/792.2 71
    Je vous prie de respecter nos choix, si vous êtes une femmes appelez le numéro destiné aux femmes et idem pour les hommes.Veuillez privilégiez les SMS et nous vous répondrons dès que possible.

  2. hijama.sounna

    Première séance de hijama. La boite de ventouses est inclus dans le prix. ( Nous n’acceptons pas vos ventouses).
    La séance dure maximum 1h00 = 50 €

    Les séances suivantes :
    ( La séance dure entre 30min à 45min maximum ) = 30 €

    Uniquement pour Femmes: 0485/79 22 71
    Uniquement pour Hommes: 0487/92 62 72

    Je vous prie de respecter nos choix, si vous êtes une femmes appelez le numéro destiné aux femmes et idem pour les hommes. Veuillez privilégiez les SMS et nous vous répondrons dès que possible.

    Pour toutes autres questions, je vous invite à consulter notre site web : http://www.hijama.be

  3. ZAHID IQBAL

    I am interested. Please inform me about your address and price for hijama.

    1. HalalBelgium Listing Owner

      hello dear
      i suggest you to call
      for woman: 0485/79 22 71
      for man : 0487/92 62 72